The French Canadian Kittens in Colombia

30 Août

Et bien, cela fait maintenant un bon moment que je n ai pas ecrit sur mon blog, ayant tant de choses a dire que je ne sais toujours pas par ou commencer. Un peu comme lorsque vous entrez dans une bibliotheque et que vous realisez que jamais vous ne pourrez decouvrir tous ces livres. Et bien jamais ne ne pourrai vous exprimez reellement tout ce que l on a vecu.  Je suis presentement dans un luxueux condo de Bogota, chez l oncle a Florence, famille qui m a accueillie avec une generosite et une ouverture qui me touche beaucoup. Son cousin m amenera a l aeroport, dans quelques heures. Dois je dire d emblee que la chaleur humaine des gens ici est certainement ce qui m aura marquee le plus, je me rappelle amerement de l indifference que les nords americains avons nous trop souvent envers les inconnus. A travers les histoires que je vous reciterai vous pourrez avoir un sens de leur intelligence emotionnelle.

La danse

Je croyais aimer danser, maintenant je sais que j adore danser et que c est certainement l une des passions que j entretiens qui me rend debordante de bonheur, un sentiment qui remplace certainement plusieurs drogues et quantites dalcool… Le soir venu, en allant au Mirador ou au Sensation (les 2 clubs hot de Taganga), le plancher de danse etait souvent libre a notre arrivee. Une scene ne demandant que de se faire enflammer. Oh que je me suis amusee, les pieds nus, sans maquillage, habillee avec ce qui me restait de propre en allant se rincer dans la mer lorsque la soiree s achevait. Vous vous doutez que les sud americains sont egalement d excellents partenaires de danse et quoique j ai encore un peu de resistance a me faire mener totalement, on y prend gout assez rapidement. Un moment tournant pour moi a certainement ete lorsque Flo et moi deambullions dans Cartagena a la recherche d un dessert et que nous avons croise une performance de danse africaine. Leur passion et leur energie m ont renversees et un grand frisson assiega mon corp en entier, tellement que des larmes se mirent a couler sur mes joues. C est vraiment la que j ai compris qu a mon retour, je devais me donner a la danse d une maniere ou d une autre. N ayant pas une passion pour les affaires, c est definitif que j aurais ete danseuse. Mais peut etre que je le suis un peu, enfin les gens de Taganga le pensait, j etais la « ballerina de Canada », un titre que je cherirai.

Le danger, reel ou pas

La maison du pere a Florence est situee au fin fond de la calle 9, grugee par la pluie, remplie de dechets, bordees de logis sans fenetres mais remplis d enfants et de gens qui vous sourient et vous saluent sans vous connaitre. Bref, sur le flanc de la montagne, cette maison jaune ble nous en a fait vivre de toutes les couleurs. Evidemment, pas d eau chaude, quelques fois pas d electricite, des chiens malades, des conditions d hygiene auxquelles nous n etions certainement pas habituees et qui furent particulierement difficiles lorsque nous fumes malades. C etait donc une aventure de revenir a cet endroit a chaque soir, dans le noir, ayant l impression de traverser des tranchees d un lieu de bataille. Mais comme je vous disais, cet inconfort fait definitivement partie du « trip » de ce voyage, nos sens etant destabilises et le simili danger ajoutant au sens d aventure. Une soiree en particulier avons nous ete mises a l epreuve par contre… On marchait tout bonnement, et Flo remarqua que deux hommes semblaient nous suivre. Plus on s enfoncait sur le chemin, plus ce doute ce confirmait. On arrete, ils font de meme. Flo decide qu il faut retourner sur la rue principale. On rebrousse chemin, les nerfs a vif. Serieusement, dans le contexte, ils peuvent faire ce qu ils veulent de nous. Ils se retournent aussi et se retirent sur le bord d une maison et nous regardent passer et retourner vers le peu de civilisation qui reste eveillee. Pour retourner, on s est trouve un taxi, on s est perdues en route, il a voulu rebrousser chemin a cause du pietre etat des chemin, on s est finalement rendues, soulagees, intactes dans le lit. On regardait a travers le grillage Taganga qui jamais ne dort, avec de la musique house et latino jouant a tue-tete en permanence. Taganga est tout un personnage.

Devenir local, version express

Apres cette mesaventure, Alejandro a donc decide de nous presenter a tout le monde pour leurs faire savoir que nous n etions pas de proies de choix. Tout le monde connait Alejandro et donc en quelques rencontres, apres 3 jours passes a Taganga, nous connaissions desormais pleins de monde. Si bien qu en se promenant dans la rue on avait vraiment l impression d etre des locals. Nos amis d outre-mer s etonnaient de voir que l on saluait en espagnol des gens du coin. L un d entre eux, notre prefere surnomme Chaud Lapin, ou Juan Pablo ahah, etait vraiment adorable. Danser avec lui a ete assez agreable merci et ce colombien charmeur comme 100 a decide qu il voulait apprendre a me connaitre plus. Mais bon, je ne parle pas espagnol, il parle quelques mots anglais et j ai trouve ca tres cute lorsqu il ma dit qu on se parlerait avec nos yeux, chose qui ne me derangeait pas trop considerant ses yeux bleus verts qui disaient tant. Flo m a explique que pour un Colombien, j etais desormais sa blonde! Sans blague, lorsqu il me parlait, c etait tellement caricature que c etait dur pour moi de ne pas rire. Du genre: I want to spend more time with you, I like you a lot… Alors que la seule chose qui sait de moi c est bien mon nom: Olivia. En voyage je m appelle Olivia, Aude etant beaucoup trop francais comme carte de visite.  Les Colombiens sont expressifs, intenses et romantiques d une facon a laquelle je ne suis pas habituee. Enfin, aucun de ces flirts n auraient pu aller plus loin, ma sante etant beaucoup plus importante qu une romance passagere avec des hommes qui collectionnent les femmes!  On se comprends? lol…  Je n ai meme pas eu la chance de lui dire bye ou de prendre une photo de lui, dommage!

Le fond du baril

Le lendemain suivant une soiree noyee dans l excellent rhum de Medejin, je me suis reveillee avec des crampes infernales. Je me suis dit que c etait une lecon pour les exces, un classique lendemain de veille. I wish!!  J entamais alors une tourista extreme qui allait me vider (desolee cest degueux je sais) de mon energie, me poussant dans le fond du baril. Pour ajouter au plaisir, un orage des plus violents s abattu sur Taganga (en fait, il pleuvait a chaque soir avec des eclairs et du tonnerre comme je n ai jamais vu!). N ayant pas de fenetres, la chambre accueillit un pouce d eau partout sur le plancher. Ok, essayez d imaginer. Vous etes malade, vraiment, sans energie, la toilette est rebutante (pas de plafond donc y a de la bouette et des dechets vegetals partout), tout est humide, chaud collant, la pluie vous revolle dessus et envahie toute la piece. Le morale etait mis au defi comme jamais. But what could I do?  Not much.  Alors nous decidames de se refugier au Casa Blanca, un hostel 3 metres de la mer, litteralement. Pour 25 000 pesos la nuit (14$ environ), on avait une chambre propre, un balcon avec une super vue et un hammac pour hair les gens en sante s amusant a la plage. Mon cas ne s est pas ameliore, hemorragies internes, sueurs froides, si bien qu apres chaque seance de torture, je croulais sous la douche froide (douche chaude n etant pas une option) pour ne pas m evanouir. Le 4ieme jour, l ambulance est venue a l hotel pour me brancher sur intraveineuse me refillant des medicaments assez puissants merci. Oh, lorsqu il ma rentre l aiguille de fou dans le poignet, my god, je mennuyais de ma mere!  Pas d alcool pour 7 jours, sous menace d halluciner. La premiere nuit sous medicamentation fut assez hum…. Interessante! En ecoutant la musique de Taganga (qui narrete jamais), je me levai pour me rendre au hamac. Dans un semi sommeil perturbe, chaque chanson me faisait buzzer, j imaginais tout le video clip. L un dont je me rappelle: Une armee d hommes sort de l eau, bien cordes, leur penis etant transforme en trompe d elephant et la tete d elephant apparaissant progressivement, le tout dans une danse mecanique du style arme. Lady Gaga serait fiere de moi!  Ou bien les danses en ligne de personnes agees habilles de fourrure blanche, ce fut tres creatif comme nuit! Dans les jours suivants, mon etat s ameliora. 2 jours plus tard, mon appetit etait vraiment de retour au rendez-vous et bien rapidement j aurais bien mange un elephant (lol, j ai une fixation pour les elephants faut croire)!  J etais rendue tellement petite, mon ventre ne faisant meme plus de plis assise, mes cuisses n arrivant plus a se toucher, c est un beau probleme que de devoir engraisser! J apprecie tellement ma sante en ce moment, je dis a mon corps combien je l aime environ 10 fois par jour, aww… Oui, Obelix, thats right, quand l appetit va tout va!

Cartagena

Alors que j allais un peu mieux, on se dit qu il fallait bouger, les jours fillaient. On alla rejoindre Tom (ingenieur de Londres qui voyage pour un an) et Adam (dj australien de Perth en cavale pour quelques mois, tellement drole et sympathique!) au Kool Koala pour prendre la route vers Cartagena en bus. On me trainant vers le depanneur pour acheter une bouteille d eau (je navais pas encore recommencer a manger a ce point) mon nez se mit a saigner. La, j etais au bout du rouleau. Je revins a leur hostel, on me renversa la tete dans la douche, c est la que j eclata en sanglots, c etait trop. Je devais avoir l air de la pire junkie, amaigrie, le nez qui saigne, etourdie au soleil. Malgre tout, en pyjama, quelques vetements dans un sac, on prit la route vers Cartagena. A Santa Marta, Chris Morales (un jeune homme direct, fute et assez marant de Los Angeles) croisa notre chemin. On allait passer le reste de notre temps avec lui. Arrivees a Cartagena, on choisit le Media Luna comme hostel, lequel fut un choix ideal. Cette meme soiree j ai mange mon premier repas en 4 jours, LE BONHEUR total. Cartagena est magnifique, colonisee par les Espagnols je ne sais trop quand, l architecture de la vieille ville est vraiment quelque chose a voir. Bon alors oui alcool (not for me!), fete, sorties, danse, you know the drill. Le lendemain nous primes un bateau pour se rendre a El Rosario pour y admirer l eau turquoise. Quel lieu enchanteur! Enfin je pouvais faire du snorkling et voir des creatures qui vous font dire qu on a pas invente la beaute, mais que tout est dans la nature pour nous a admirer. Des couleurs si folles! Ensuite, massage sur la plage Playa Blanca, sur un sable blanc pur… Quel bel apres midi ce fut, je revenais a moi meme, le genre de moment qui vous fait vraiment oublier que le travail et les responsabilites sont des concepts reels.

Tayrona Park

De retour a Taganga (qui malgre tout felt like home when we came back), on prepara alors notre aventure vers Tayrona, une destination inevitable selon les dires de tous. Et en effet, quel lieu incroyable! Arrivees au parc, une belle marche dans la jungle de plus de 2 heures nous attendait, dans la bouette, les chemins accidentes creuses dans la roche, des araignes immenses, des singes qui nous guettent, des papillions bleus electriques qui vous chatouillent le regard, une vegetation des plus vives et des plages… Des plages « raw », avec des rochers ronds, immenses, irrels, sculptes par la force de la nature, des paysages digne de Jurassic Park!  Ok juste pour vous donnez une idee, on marche sur la plage et on doit se rendre a une autre plage. On marche et un ruisseau creuse dans le sable se dresse devant nous. Leger probleme: Un crocodile se leve la tete alors qu on sappretait a traverser!!! Oh my god ahah, on a trouve ca bien marrant! Puis, arrives dans un petit lieu avec de la vie humaine, nous allions passes la nuit dans des hamacs, une experience que mon dos se souviendra pour longtemps. Je ne sais juste pas comment me placer pour dormir une pleine nuit dans un cocon pareil! Je vis le soleil se lever, comme a tous les jours, en alla voir les vagues, m etirer, respirer, absorber l energie de ce lieu mythique que certains decrivent comme le coeur du monde. Pour retourner a l entree, nous avons pris des chevaux, et cette ride fut a couper le souffle! On pouvait lever les yeux du sol bouetteux et admirer un decor qui vous faisait croire qu on vous a place dans un decor de film, avec les lianes, les arbres qui s etirent vers le ciel… Les photos ne rendent aucunement justice a ce que l on a vu.

Quitter Taganga

Pour la premiere fois dans ma vie aie-je senti des larmes monter lorsque notre taxi arriva pour quitter Taganga. Ce village m a mis a l epreuve, mais m a donne les plus beaux moments de ma vie. J ai appris plusieurs lecons d humanite et d ouverture aux gens. Alors que j etais malade et zombie, tous les gens voulaient m aider et me supporter. J allais manquer nos escapades a notre plage secrete, en passant par les montagnes, en suant notre vie, a se faire bronzer, a se rafraichir dans l eau salee. J allais manquer les jus frais de maracuya, les arepas le matin avec les oeufs, manger des gateaux au Cafe Bonsai, un repas incroyable pour 1.50$ dans la rue de l eglise, la chaleur des gens plus que la chaleur du soleil. Arrivees a l aeroport, notre vol fut decale pour nous faire attendre plus de 7 heures. Mais avec une telle partenaire de voyage…

Flo, aka Julie aux Cheveux Longs

Pour vous mettre dans le contexte, j etais dans la piece quelques temps apres la naissance de Florence. Nos parents sont amis depuis aussi longtemps que je me rappelle et nous avons grandi ensemble. Membre du Club des Aigles Sauvages, collegue pour notre groupe d acrobates les Gomettes, mon actrice preferee pour les pieces de theatre que j ecrivais, Flo est une jeune femme incroyable que j aime beaucoup et qui ira tres loin. She is a keeper lol… Elle a ete une partenaire de voyage ideale, on s est supportees, on a rit (on a le meme humour bizzare et sarcastique que peu de gens comprennent, on part dans des fictions qui ne font aucun sens du genre se mettre a faire du travail de bureau tres serieusement alors qu on baigne dans la mer en imitant le fax en tappant sur l eau. Enfin, c est tres drole si vous avez le meme genre d humour lol) et si bien que nos cerveaux se connecterent ensemble. On pensait aux memes choses en meme temps, ca faisait peur par moment! Et des choses assez random merci… Bref, ce voyage nous a fait partage des aventures que nous pourrons se rememorer toute notre vie, c est genial.

En somme…

Bon, je dois vraiment aller me preparer pour un 36 heures de ballet dans les aeroports et un 7 heures de bus vers Montreal… Oui, alors, ce que je retiens et ce qui m a tatoue le coeur a jamais est definitivement la culture colombienne, une culture humainement tres riche, dans laquelle le concept d etre un inconnu s evanoui assez rapidement. Dans un avion vers Bogota, c est a croire que tout le monde se connait. Il n y a pas cette reticence omnipresente a engager une conversation ou a aider les gens, il n y a pas cette peur de l inconnu. J entreprends le chemin du retour avec un brin de nostalgie de quitter un si beau pays, qui est tout sauf le berceau du danger et de la cocaine (reputation qui frustrent les Colombiens et qui doit changer), et qui aura marquer a jamais ma facon d aimer les gens, meme ceux que je ne connais pas, car tout ce qu on veut c est d etre heureux et de partager des experiences folles ensemble. Lets do it.

Love, from Colombia

2 Réponses to “The French Canadian Kittens in Colombia”

  1. Emilie Sauvé août 30, 2010 à 11:00 #

    Je t’aime mon amie, j’ai hate de te revoir! Ca fait du bien de relire tes mots xxxxx

  2. Nicole Poissant septembre 1, 2010 à 10:57 #

    C’est très personnel, mais comme j’aime te lire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :