Surfing USA + Une nuit d’horreur

28 Juil

C’est vendredi matin passé qu’Émilie et moi prenions la route vers les US, au grand soleil, pour se rendre jusqu’à Wells, dans le Maine. Cela fait maintenant quelques fois que je visite cette région et maintenant que j’y connais tous les coins, je m’y sens presqu’à la maison. Un classique, comme Sandbanks.

En quelques heures, tu arrives pif paf dans une autre culture avec l’odeur de la mer qui te débouche les narines du smog de la ville. Des gros SUV, à travers les compacts de plusieurs québécois vacanciers, des grosses personnes, des grosses portions, un gros égo, « America, fuck yeah », comme dirait Team America, quel film génial. La route a très bien été avec mon amie Émilie et un répertoire de chansons toujours aussi varié. Traversant actuellement une rupture, je pourrais affirmer que d’écouter du John Mayer est la meilleure chose qui soit, je suis une fan, eh oui.

Nous arrivâmes au Pinederosa Campground après s’être fourvoyées quelques fois de chemin sur la 95. La leçon: les GPS, c’est pas toujours cool. Wells est au nord de Hampton. On était rendues à Hampton alors on se disait qu’il y avait un problème. Mais pourtant c’était le bon chemin. Il faut aller plus au sud et dépasser le Maine pour reprendre la 101 ou quelque chose comme ça et renaviguer vers l’Atlantique.

Dans la noirceure et une fine bruine, nous avons triomphé de ma tente, sans hommes, yes! Quelle fierté! Ahaha… Et puis, après avoir dévoré une pizza qui nous a sauvé de la famine, on attendait JP et Guillaume, qui n’avaient bizzarement pas donné de nouvelles depuis plusieurs heures. Instinct maternel oblige, on imaginait déjà les pires histoires puisqu’auparavant ils nous avertissaient de chaque progression sur la route. 2 heures sans nouvelles, on ne savait pas ils étaient où. Merde… Un accident, non, ça ne se peut pas… Enlevés par des talibans..?   Ouff! Ils nous écrivent, mamans Émilie et Aude sont rassurées. Et oui, ils se sont fait fouillés aux douanes et ont dû déchiqueter et détruire des cigares cubains isolés dans une petite pièce. Nos chers Américains qui refusent encore tout produit en provenance de Cuba, c’est un peu ridicule. Puis ils se sont fait arrêtés pour excès de vitesse par des policiers qui ont commencer à faire jouer : « Bad boys bad boys, what you gonna do when they come for you », lol! Oh my god, j’en revenais pas, on aurait dit un film! Voir que des choses de même arrivent, sérieusement. Ils ont une vidéo de cet anecdote… 

Morphée nous emporta au petit matin et alors que MétéoMédia nous annonçait du temps maussade, nous fûmes choyées de soleil et de beau temps! Tellement qu’il m’est arrivé toute une mésaventure que je vous compterai sous peu… Déjeuner, douche, et hop, on file vers le Wheels and Wave pour louer nos planches et nos wetsuits pour une journée de surf, à travers les timides vagues déferlant sur la plage.  Enfiler un wetsuit me rappelle toujours ma naissance, je ne sais pas trop pourquoi lol, c’est si dur d’y entrer et de s’en sortir, mais on est si bien en dedans.

Une fois dans l’eau, je me sentais vraiment bien. Je me suis cassée la figure une couple de fois dans les vagues mais maintenant, quand je décide que je prends une vague, je me lève sans problèmes et je suis contente d’avoir traverser les souffrances, ça en valait foutrement la peine.  Avant tout ce que j’aimais du surf était les Dane Reynolds, Kelly Slater, les frères Irons, … (ok j’arrête, je bave sur mon clavier). Si je peux me permettre quelques conseils pour vos premières expériences de surf:

1. Soyez confortable, confiant, respirer, le stress enlève beaucoup de force (et grelotter aussi). Les vagues sont vos amies, elles veulent vous amenez avec elles.

 2. Trouvez votre équilibre sur la planche, couché et assis. Sinon, imaginez debout!

3. Les pieds vers le ciel vers la tail de la planche lorsque vous relaxez.  L’un deux restera en place à l’arrière lorsque vous vous lèverez.

4. Vous devez choisir une vague avec de la vitesse, la vitesse donne la stabilité à votre planche, sans vitesse, vous êtes comme sur une moto à un arrêt.

5. Quand vous avez cette vague, pagayez de toutes vos forces, rapidement et profondément dans l’eau. Si vous n’arrivez pas à embarquer sur la vague, vous ne pourrez jamais embarquer sur votre planche. L’objectif ultime c’est de pogner une bonne vague assez pour que la planche glisse solidement dessus. Ensuite, se lever, c’est facile.

6. Hissez-vous sur la planche, restez bas, ne sautez pas comme un kangourou, vous allez foutre le camp dans l’eau! Et levez vous quand la planche est stable et accrochée par la vague. Si vous n’avez pas pagayé assez fort, vous allez tomber, encore et encore. Mais ça, c’est normal.🙂

Et pleins d’autres choses bien sûre. Donc, journée de bonheur à jouer au frisbee en marée basse et puis à glisser sur les vagues qui parfois étaient assez volumineuses pour bien en profiter (4pieds avec un longboard, pur plaisir pour une débutante/intermédiaire comme moi). Ce que je ne savais pas, c’est qu’à rester au soleil, à pagayer ma vie, à courir après le frisbee sans boire de l’eau (première erreur), je me concoctais une insulation solaire….

La pire nuit de ma vie m’attendait dans le détour.

Donc, twipdilili, nous nous dirigâmes vers Hampton à la conquête de surfer boys et de jeunes loups comme nous. Dans un bar juché à côté du Cinnamon Rainbows, notre dévolu se jeta. Déjà là, je ne feelais pas super, étourdie après un verre, l’estomac n’arrivant pas à s’exciter en lisant le menu… Quelques chose n’allait pas. Mais bon, on était dans le Maine et avec ma passion de manger local, j’embarqua dans le train mon aussi en commandant un truc au homard, Losbster Roll. Deuxième erreur.

Dans la voiture au retour, j’étais knocked out. Pas là, gone. Et j’ai essayé avec toutes mes forces d’être la fille de party que je peux être mais rien à faire. L’idée de prendre une bière était aussi attirante que celle de (insert a really unwanted experience that you had). Donc je fus sage, comme une image de religieuse en noir et blanc plastifiée. Je suis allée m’étendre dans la tente presqu’aussi tôt. Je me suis endormie, quelques minutes. Quelques minutes de sommeil, c’est tout ce que j’allais avoir de cette nuit d’enfer.

Je me réveille, j’ai chaud, j’ai froid, je suis étourdie. Je prend la flashlight, marche dans le bois, dans le noir, petite pluie pour ajouter au drame.  Répéter cette séquence  7 fois. Ajouter des bruits d’horreur que je ne vais vous décrire. Une piqûre dans le front (je me regarde dans le mirroir avec une méga piqûre de la mort dans le front, j’étais toute en beauté) , une mouffette sur le chemin (si elle m’arrosait je me jettais en bas du pont) , une amie qui a une phobie du vomis et à laquelle je ne pouvais pas dire ce qui se passait vraiment (mais qui a été d’un support incroyable) et vous avez une bonne idée de ce que j’ai vécu. Bref, buvez de l’eau au soleil &*$%$.

C’est ainsi qu’en 24 heures et j’ai eu les plus belles et les plus horribles 12 heures de ma vie. L’une moitié au sommet de ma forme, à rire et à tripper entre amis dans la mer et l’autre effondrée sur le plancher sale dans la petite cabine dans le bois, seule avec mon corps qui me punit comme jamais, sans énergie, comme une zombie.

Et vous voyez, je trouve ça drôle ça. Si vous me voyez dans un cocktail toute bien mise, bien maquillée, coiffée, je vous serre la main, on parle business, wow le monde est beau, droit et brillant. Et pourtant, on a tous nos moments de déchéance, où l’on est au pied du mur, malade, habillé tout croche, on est tous humains et sales à quelque part. Il y a quelque chose de super libérateur en acceptant cela et en se défaisant de notre égo d’humain faussement parfait. C’est pourquoi je vous compte ces histoires intimes, que je post comme je respire, parce que je me sens humaine et connectée à vous et que nous sommes tous les mêmes, jusque dans le Maine.

8 Réponses to “Surfing USA + Une nuit d’horreur”

  1. Emilie juillet 28, 2010 à 10:27 #

    Faut vraiment que je t’aime pour t’avoir soutenue cette nuit la lol mais t’as bien compris que t’étais mieux de me mentir pour avoir une infirmière personnelle ahahah mais ma belle, je serai toujours la pour toi, en autant que je t’entends pas vomir ahah xxxxx

  2. Lyne Sylvestre juillet 28, 2010 à 10:32 #

    J’aime bien ta conclusion. Ça boucle bien la boucle. C’est vrai, on est tous connectés par ce que l’on vit, on vit des high, des moments de gloire et le lendemain on fait pitié à voir..loll. Bravo Aude!

    • audelib juillet 29, 2010 à 3:13 #

      Merci Lyne. Je ne dirais pas que tu es ma mère parce que les gens comprendront que tu n’es pas objective.🙂

  3. Nicole Poissant août 2, 2010 à 10:08 #

    Moi aussi j’aime la fin. J’ai exactement le même commentaire que celle-que tu-ne-veux- pas-qu’on-sache-que-c’est-ta-mère.

    • audelib août 3, 2010 à 12:09 #

      Lol Merci Nicole. Même si je ne vous connais pas vraiment et que je sais que vous êtes totalement objective à mon égard tel que ma mère, je vous remercie de ce commentaire.

  4. Nicole Poissant août 2, 2010 à 10:19 #

    Y’a une chose qui me réjouit, c’est que je ne suis pas la seule à me faire confisquer des cigares cubains à la frontière ! Ceux que TU m’avais offert en plus ! J’en veux tellement aux américains, que je ne veux plus y remettre les pieds. Ils ont presque pris mes empruntes digitales ! Je suis certaine que j’y remetterais les pieds et on me fouille de fonds en comble pour trouver des cigares cubains. Faut être zélé pareil, non ? C’est vrai qu’on ne sait jamais qu’est-ce qui pourrait se cacher derrière un cigare cubain ! Peut-être un terroriste en puissance ? Une bombe ? Peut-être que ça rend Castriste ? Le jour de mon anniversaire en plus ! Je leur ai fait le commentaire en français : Ouais, c’est vrai, y’a juste le président américain qui peut en fumer en se faisant faire une pipe ! J’allais leur traduire mais John m’a dit : Nicole, ta gueule ! LOL… Ben non, je suis pas si folle que ça. Mais j’ai quand même joui en français. hi, hi…

    • Marie Rainville septembre 27, 2010 à 2:26 #

      rireeeeeeeeeeeeee

  5. Marie Rainville septembre 27, 2010 à 2:25 #

    T’es vraiment drôle! Ca fait réellement du bien de te lire parce que même si on est pas de la même génération on se ressemble tous, t’as ben raison sur tous les points!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :