Quand je serai Première Ministre du Québec

21 Juin

Alors oui, la politique m’intéresse beaucoup. Ça m’intéresse parce que justement tellement de  gens qui y sont désintéressés. Faites une exception en lisant ce blog. Les défis à venir sont importants et excitant à la fois. En business, on est formés à être rapides, productifs, créatifs et je trouve qu’il manque de cette énergie constructive dans ce qui m’apparaît comme étant le système de gestion le plus lourd, le plus lent et le plus important: Notre gouvernement. Pourquoi diable gère-t-on plus efficacement les entreprises privées? L’ampleur des ressources à gérer n’est pas comparable, certes, mais certains principes peuvent être repris. Alors, lorsque je serai Première Ministre, je m’engage à:

– Réévaluer la nécessité des pensions alimentaires versées aux individus, couper dans les programmes de bien-être social et réinjecter ces millions dans ces mêmes communautés sous forme de subventions aux projets d’entrepreneuriat et en créant des entreprises créatrices de valeur et d’emplois. Ainsi, la personne n’a plus de chèque (ou le montant est progressivement diminué) mais un emploi convenant à ses capacités lui est offert. Personne n’est heureux en prenant le chemin facile, assis sur son balcon à l’année longue entre 2 antennes satellites et une caisse de bière. Et ne me dites pas que ces gens ne peuvent pas travailler. Ce n’est pas qu’un stéréotype, la misère et la détresse existent et ne s’envoleront pas magiquement en leur donnant l’option de ne rien faire pour s’aider et aider leur communauté. Le travail est source d’accomplissement, de fierté et de motivation. Vous connaissez un bénéficiaire heureux, accompli qui fait son jogging tous les matins? Présentez-moi le, s.v.p.

Augmenter le salaire des professeurs et/ou leurs facilité la tâche par, entre autres, diminuer le nombre d’élèves par classe, bref investir massivement dans l’éducation et valoriser le métier de professeur. Une personne éduquée aura, dans la plupart des cas, un meilleur emploi (l’argent nous revient en taxes de toute façon, peu importe l’ampleur des investissements), meilleure qualité de vie, meilleure santé (coûte moins cher à l’état…). Un décrocheur scolaire coûte des centaines de milliers de dollars à l’état, il n’y a aucun investissement en éducation qui ne sera pas rentable pour cette province.

Augmenter le nombre de cours encourageant l’intelligence émotionnelle et supportant les élèves plus actifs que passifs. Ainsi, plus de cours en discours oratoires (qualité cruciale pour réussir en affaires, savoir parler à un public, qualité qui disparaît en ce moment), plus de cours d’activité physique (esprit sain dans un corps sain), un cours de projet d’entreprise dans lequel les jeunes devraient créer un produit et le vendre à leur entourage, bref, un système d’éducation compréhensif des jeunes qui s’endorment devant des cours strictement théoriques.

-Couper dans la fonction publique et investir dans de meilleurs systèmes informatiques, meilleure gestion de base de données, services regroupés et automatisés.

Instaurer une bourse du carbone, définitivement. Les compagnies doivent assumer le coût social et environnemental lié à la production. La qualité de l’air se dégrade, les ressources s’appauvrissent, bref, leur impact sur la société est important et doit être considéré. Il n’y a pas de meilleurs moyens que de mettre un prix à cet impact car l’argent est le seul langage compris par ces compagnies.

Protéger notre eau douce, urgemment. Pas nécessairement que les sources et cours d’eau appartiennent au gouvernement, mais s’assurer que les revenus générés resteront bel et bien au Québec.

L’Assemblée Nationale ne resterait pas en vacances pendant des mois lors de crises importantes. La société et les problématiques ne prennent pas de vacances durant l’été.

Augmenter le prix de la viande (source première de gaz à effet de serre) et de la camelote alimentaire (le prix du jus d’orange devrait être moindre que celui du Pepsi…) tout en diminuant le prix des fruits et légumes. On est ce que l’on mange, il n’y a rien de plus vrai. Les enfants doivent être alimentés convenablement, cela diminuera les problèmes de comportement: Meilleure concentration, moins d’obésité, meilleure confiance en soi = Plus d’espoir pour notre pays.

Privatiser en partie le système de santé. Responsabiliser les gens de leur santé, i.e. aide toi et le ciel t’aidera. (Devrais-je payer des taxes pour traiter le cancer du poumon de quelqu’un qui a fumé 1 paquet par jour toute sa vie..? Ne devrait-il pas assumer pleinement son choix d’être un fumeur? ) En créant une fiche de santé sur des habitudes de vies clés des gens, le prix payés pour les soins pourrait être indexé au soin porté à leur mode de vie. C’est dur à régularisé, en effet, mais c’est à réfléchir. Mais si on encourage les gens à prendre soin de leur santé, c’est une société plus riche qui en ressort. C’est extrêmement coûteux pour les entreprises et l’état de supporter les gens malades. Je ne dis pas qu’il faut laisser tomber tout le monde, non, du tout, la malchance ça existe. Mais certains comportement à risque doivent être tenus en compte et les risques doivent être assumés par la personne et non par les payeurs de taxes.

Resserrer les lois sur l’utilisation de produits chimiques extrêmement dangereux pour l’humanité (BPA, parabens, parfums toxiques, engrais, antibiotiques…)

Faire participer les fraudeurs économiques et les prisonniers à l’économie. Les fraudeurs (ne représentant pas une menace physique pour la société) supporteraient la prévention de fraude, les prisonniers seraient affectées à des travaux manuels de façon constante, enfin, tout ceux qui sont capables de faire ce qu’un robot peut faire, il y a des entreprises manufacturières qui requièrent très peu de compétence pour fonctionner… Un prisonnier coûte 90 000$ par année à l’état, pendant ce temps, il y a des enfants qui ne mangent pas. Ri-di-cu-le.

-Augmenter les peines d’emprisonnement pour les agresseurs et les tueurs. C’est une vraie blague les sanctions au Canada. Qu’il y aie autant de récidivistes en est la preuve la plus triste, la plus concrète et la plus alarmante.

Augmenter le prix sur les produits de tabacs et alcools.

Augmenter le niveau de difficulté et la qualité des cours en français. Si on n’apprend pas comment écrire le français, comment pouvoir le protéger? Parallèlement, dès le plus jeune âge, des bases plus solides en anglais et en espagnol (peut être même en mandarin) devrait être offertes. Le plus jeune on commence, le plus facile ce sera. Cette ouverture sur le monde sera clé pour notre succès économique et notre rayonnement international. En étant un joueur d’importance sur la scène mondiale, nous aurons les moyens alors de faire briller notre culture québécoise et cette langue française. Être bilingue ou trilingue ne constitue aucunement une menace pour le français, c’est une carte de visite incroyable que nous lui offrons en devenant citoyen francophone du monde et non de notre patelin. Il faut être sérieux dans cette démarche.

-Investir dans les transports en commun, encore et toujours. Aussi, investir dans des lignes d’autobus haut de gamme, moins achalandées et plus confortables entre les banlieues/quartiers et les principaux centres de commerces  de Montréal et de Québec. Écoutez, malgré tous les arguments environnementaux, quelqu’un qui a les moyens de sacrifiera pas son confort de si tôt. Être debout dans un autobus en suant, collés entre deux inconnus, non, ça ne marche pas pour plusieurs. Des autobus avec bancs confortables (et place assurée), plus dispendieux (ça coûterait plus cher à l’usager et non aux contribuables), avec Wi-Fi, etc. Ça pourrait s’appeller les lignes Busor? Ça sauverait tout de même plusieurs dizaines de voitures sur la route et serait une occasion de networking pour ces gens d’affaires, qui sait!

Stimuler l’entrepreneuriat. Un BAC devrait être créé dans lequel le programme en entier serait orienté au développement du projet d’affaires de l’étudiant. En graduant, l’entreprise serait lancée avec une stratégie de ressource humaine efficace, projections financières, bref, tous les outils qu’un BAC peut nous donner mais cette fois-ci dédiés à un projet CONCRET, créateur de valeur et non fictif. À un plus jeune âge également, les entrepreneurs doivent être encouragés financièrement et moralement. C’est un entrepreneur à la fois que les entreprises naissent et renforcent notre économie en créant des emplois et en augmentant le PIB.

Toute action visant à diminuer notre impact sur l’environnement serait déductible d’impôts car elle allègeront la tâche du gouvernement de réparer et de panser notre planète. Compostage, transport en commun, achat de voiture hybride, installation de systèmes géothermiques, photovoltaïques, éoliens…

Ouvrir des entreprises manufacturières ou de services ayant des tâches physiquement peu exigeantes afin de créer des emplois appropriés aux personnes âgées qui devront intégrer plus longtemps le marché du travail. Parallèlement, des programmes d’éducation sur l’informatique leurs seraient offerts à un coût minime. Sans cet apport à la société, le calcul ne marche tout simplement pas.

Et plusieurs autres mesures portées vers le futur d’une population éduquée, en santé, avec des projets tournés vers l’avenir.

VOTEZ POUR MOI aux élections de 2020, si la planète se rend là…

6 Réponses to “Quand je serai Première Ministre du Québec”

  1. Val juin 21, 2010 à 4:51 #

    My god….. t’as pondu ça en combien de temps !? Moi je vote pour toi c’est sur… je vais même être ton attaché politique : )

    • audelib juin 21, 2010 à 5:45 #

      Environ une heure… La passion me boost les doigts. Mais pour mon attachée de presse, elle doit être assez perfectionniste, je ne sais pas si tu fit le profile là…🙂

  2. Loui juin 21, 2010 à 8:57 #

    Bon post Aude!

    Je t’entends à travers tes mots..

    Pour ce qui est de l’efficacité du gouvernement, je peux en témoigner. J’ai travaillé quelques années pour la Ville de Chambly (on s’entend, une ville c’est un mini gouvernement). Chaque décision qui est prise doit être prise en considération des citoyens. Alors imagines toi de prendre des décisions lorsque tu as plusieurs millions de « boss » (les électeurs) qui ont le pouvoir de t’enlever de ton poste si sont pas contents.. Ça fait repenser 3-4 fois avant de prendre des décisions.

    Pour ce qui est de la bourse du carbone, ne vaudrait-il pas mieux la peine de charger une Taxe du carbone? En écrivant ceci, je pense aux grosses compagnies qui s’en « foutte » d’une bourse qui leur oblige à augmenter leur coûts de production.. Pourquoi pas les pénaliser? Personne aime se faire enlever de l’argent..

    • audelib juin 22, 2010 à 1:22 #

      Merci Loui! Contente d’apprendre que tu étais impliqué à ce niveau, c’est cool.

      Oui c’est le même principe sauf que les entreprises qui polluent moins peuvent vendre leurs crédits de carbone et donc bénéficier de leur conscience environnementale. Ainsi ceux qui polluent trop doivent payer, même concept, format différent. Enfin, c’est ce que j’ai compris du système.

  3. Scott McKay juin 25, 2010 à 6:58 #

    Bon post Aude!

    Plusieurs bonnes idées, mais aussi quelques unes qui me semblent fondées sur des préjugés ou des lieux communs contre les assistés sociaux et les fonctionnaires. Par contre, toutes tes propositions sur l’environnement sont excellentes.

    Je retiens surtout celle sur le transport en commun (TC) de 1ière classe. Comme député d’un comté de banlieue (Repentigny, L’Assomption et St-Sulpice)je réfléchi beaucoup sur les moyens de soulager mes pauvres concitoyens du supplice quotidien des embouteillages. Je suis contre l’élargissement des autoroutes, qui ne fait qu’empirer le problème. Les municipalités ne veulent pas trop en faire car elles financent la moitié du déficit d’opération: plus de gens prennent le TC, plus le déficit est grand et on devrait augmenter les taxes. Donc, on se satisfait de la situation actuelle avec un TC marginal. Un conseiller municipal m’affirme que notre service de TC est excellent! Je lui ai répondu que s’il est si bon, pourquoi des milliers de citoyens préfèrent passer 1 heure bloqués dans le traffic plutôt que de prendre le bus?! Il faut une révolution dans le transport!!!

    Dans le débat Bourse du carbone vs. Taxe sur le carbone, je vous informe que le Québec vogue actuellement vers un système mixte. Vous avez donc tous les deux raison!

    Tu retrouveras pas mal de tes idées dans le cahier des propositions pour le prochain Congrès national du Parti Québécois http://pq.org/sites/default/files/PropositionPrincipale_XVIeCongres.pdf
    Je suis assez fier des propositions que j’ai concocté en développement durable et environnement, dans le Chapitre 5 sur le Québec vert et bleu.

    C’est excellent de réfléchir comme tu le fais et de partager tes idées dans la blogosphère. Mais plutôt que d’attendre l’an 2020, tu peux t’impliquer dans un parti politique qui va en faire son programme de gouvernement! C’est ouvert à tous les membres du PQ… alors tous et toutes sont bienvenus…

    Ciao,

    Scott

  4. Lucio juillet 1, 2010 à 10:47 #

    Aude,

    je suis complement d’accord avec toi. Tu peux compter sur mon vote!
    😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :