Pour tous ceux qui détestent le marketing

11 Juin

À 18 ans, dans mon cours de “Comportement du consommateur” avec Marc, je suis tombée en amour avec le marketing.

Beurrrkkkk! Le marketing c’est vendre des trucs dont on a pas besoin, c’est de trouver des stratégies vicieuses pour entourlouper les gens!! C’est de créer des besoins qui n’existent même pas!! Pensent quelques uns, bien assis derrière leur arsenal de joujous électroniques en se pensant bien au delà de la consommation futile.

Certes, je n’aime pas le mot marketing, assez péjoratif, entaché, surutilisé, pas trop clair, assez vague pour pouvoir le détruire parce que dans le fond, le commun des mortels ne sait pas ce que ça veut dire. Et c’est normal.

Pour moi, outre les définitions théoriques qui font tout de même bien du sens, le marketing c’est la science de comprendre ce que les gens veulent et de créer cette réponse à l’énigme de leurs désirs. C’est de mettre de la couleur dans la vie des gens, les exciter face aux objets, aux images et aux sons qui ont la chance de capter leur attention. Leur attention si convoitée.

Avec des mots différents, avec des couleurs qui plaisent à l’oeil, avec des textures qui amusent les sens, on charme cette personne, le client, l’objet de nos désirs, de nos rêves. Mariage parfait de la psychologie, de l’art et du commerce.

Pensez-y comment c’est fort le marketing.

Vous êtes assis au volant d’une voiture. Il est prouvé scientifiquement que la marque de la voiture influencera (chez l’homme dans cette étude) le niveau de testostérone. Wow. Tous les souvenirs, tout le bagage émotif rattaché au logo de BMW sous vos yeux changent votre fonctionnement hormonal et vous fait sentir plus dominant, plus alpha. On vous planque un signe Kia et vlan, vous voilà les épaules un brin plus courbées, le regard un peu moins décidé lorsqu’une voiture s’arrête au stop à vos côtés, belle brune au volant de sa bagnole vous épiant.

Prenez la forme des tubes de crème pour le visage de Biotherm ou de crème à raser. Ça ressemble drôlement à un pénis de bonne taille, vous ne trouvez pas? Vous pensez que c’est pour le côté pratique ou bien parce qu’ils ont placer des senseurs pour voir ce qui rendait les gens plus confiant lorsqu’ils tenaient l’objet dans leurs mains?

Assis sur le banc d’école, 4 septembre, vous brandissez fièrement votre nouveau MacBook (pas un iBook, faudrait pas avoir l’air pauvre). Si l’on pouvait évaluer vos réponses physionomiques face à cette même situation mais dans l’autre cas avec un Acer 2008 (beuurrrk), vous ne seriez pas aussi fière, moins droit, possiblement moins heureux!!!  Crazy stuff, les objets sont tellement plus que des objets, ils transportent un message et ont une aura avec qui nous interagissons.

Le marketing existe depuis que la fermière qui amenait des oeufs aux voisin à trouvé un moyen utile de les transporter sans les briser (packaging). Le marketing existe depuis que la jeune femme se mis toute belle pour plaire au prince lors du bal. Elle lui avait demandé (sondage auprès de la clientèle) sa couleur préférée pour mieux le charmer. Le marketing existe depuis toujours. Aujourd’hui, cette compréhension du marché s’avère lucrative, c’est la seule différence. Mais le principe de comprendre son marché a toujours existé.

Sans le marketing, sans cette “création de besoin”, la vie serait monotone, sans expression. On aurait tous un t-shirt blanc, un pantalon noir, une Echo (qui nous amènerait du point A au point B), un appartement blanc… Tous nos besoins serait comblés, sans plus, sans recherche de raffinement, sans recherche d’amusement. On serait à Cuba, sans les plages et la chaleur.

Je pourrais en fait écrire un livre à ce sujet tellement je suis passionnée de ce domaine. Quand je vois l’annonce de Nike “Write the Future”, ou bien celle de Sussex Roads pour la sécurité en voiture, le génie de la campagne de la STM qui a étudié dans les moindre détail l’humanisation de la police utilisée (l’écriture) et bien d’autres exemples… Je me dis que c’est pas possible que je vais pouvoir gagner ma vie à créer des pièces d’arts pour colorer la vie des gens.

J’aimerais lui donner un nouveau nom, le PsyComArt, psycomart, ça pourrait marcher?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :