Ça fait rire les oiseaux!!!

11 Juin

Même quand ça va vraiment mal, ça va bien. Oui d’accords je ne vais pas vous dire qu’il n’y a rien de grave mais plutôt qu’il y a toujours une façon d’approcher les choses d’un angle lumineux.  Tout est là devant nous pour être bien et heureux. C’est vraiment une question de perception. Voici ultimement comment j’ai essayé d’approché chaque type de situation ci-dessous…

Si vous êtes largué(e):

Génial! Cette personne n’était pas faite pour vous et votre âme soeur vous attends toujours. Ok, vous pouvez être triste, mais au moins vous savez que ce n’est pas avec cette personne que vous pourrez bâtir quelque chose de solide. C’est encore mieux si cette découverte survient avant les étapes “sérieuses” (se faire laisser quand on a une maison et des enfants, ça doit être un peu plus chiant disons…)! Devant vous s’ouvre un horizon incroyable de possibilités, et ce que vous croyiez être bien vous apparaîtra médiocre dans quelques temps, tant la vie vous sera surprenante.

Un proche décède:

Ok, question délicate j’en conviens. Et je vous avoue ne pas avoir été confrontée au deuil très sérieusement. Mais voici comment je vois les choses: Depuis que j’ai vu des enfants de 3 ans qui allaient mourir, je me dis qu’une personne qui a connu l’amour, qui a possiblement eu des enfants, qui a voyagé, exploré, souffert, guéri, ri, pleuré, perdu, gagné… A eu toute une belle vie. Et c’est ça qu’il faut voir. Bien sûre la douleur causée par le départ de cette personne ne peut être ignorée. Et il faut pleurer et souffrir, mais toujours en regardant le côté lumineux, la vie, l’épopée que cette personne aura vécu au cours de ces décennies de croquées à pleines dents dans la vie.

Vous perdez votre emploi:

Du nouveau! Une nouvelle équipe, de nouvelles opportunités…Cet emploi que vous aviez pour payer les factures, cet emploi qui vous faisait oublier vos rêves, fini. Un point tournant: Partir en voyage, entreprendre un projet…?

—-

Bref, je ne crois pas qu’il ne faut pas avoir de la peine, mais c’est qu’il faut se dire que nos larmes arrosent une fleur qui verra le jour sous peu. Il faut y croire. Peu importe le chemin, c’est le bon. Il faut y croire, encore, plus fort. C’est le chemin, aussi cahoteux soit-il.

C’est mon chemin et j’y crois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :